Intervention de Richard Miller lors de l’installation du Comité scientifique du Centre Jean Gol le 7 octobre 2013 à Bruxelles

Mesdames, Messieurs,
du monde académique, et du secteur économique,

Permettez-moi de vous présenter rapidement les activités du Centre Jean Gol en vous remerciant à nouveau d’avoir accepté d’être membre, en toute indépendance, de notre comité d’accompagnement scientifique.

Le Centre Jean Gol (CJG) a été créé en décembre 2004, sous la présidence de Didier Reynders. Le CJG a succédé au centre d’études qui avait été celui du parti libéral national, à savoir le Centre Paul Hymans – certains se rappelleront que celui-ci fut détruit par un attentat à la bombe perpétré par les CCC en octobre 1984 ; je vous rassure, le comité scientifique n’avait pas été atteint.

Le Centre Jean Gol est le centre d’études du Mouvement Réformateur dont le président, Charles Michel assure la présidence de notre conseil d’administration. J’assume pour ma part la mission d’administrateur-délégué, succédant ainsi à nos amis Hervé Hasquin et Arthur Bodson. La directrice est Madame Anne Junion.

Mais ce serait manquer à mes devoirs que de ne pas d’abord saluer celui qui lui a donné son nom, à savoir Jean Gol. Jean Gol, dont nous commémorerons bientôt le 20ème anniversaire de son décès, était un homme d’Etat, autrement dit un responsable politique alliant efficacement l’action et la pensée. Le Centre Jean Gol inscrit – cela ne vous surprendra pas – ses multiples activités dans cette double voie.

Ceci étant rappelé, que faisons-nous ?

Il y a un premier grand volet d’activités « Archives et Histoire » du libéralisme en Belgique, en particulier en Wallonie et à Bruxelles. Le responsable de ce département historique, pour lequel notre Centre est reconnu et subsidié en partie par la Fédération Wallonie-Bruxelles, est Joseph Tordoir.

Le deuxième pan d’activités a trait à la pensée libérale et réformatrice en tous ses aspects économiques, politiques, sociaux et culturels. Le responsable, « le cerveau », chargé de ce positionnement philosophique et idéologique est Corentin de Salle.

Enfin le troisième type d’activités est plus directement ancré au débat politique : préparation de notes, de groupes de réflexion, pour la préparation du programme électoral du MR pour les élections régionales, fédérales et européennes de mai 2014. La responsable de ce travail est Anne Junion, ainsi que Valentine Delwart.

Ces trois activités se déclinent bien entendu de plusieurs façons.

  • Mise à disposition pour les étudiants et les chercheurs de nos fonds d’archives et d’une bibliothèque, gérés selon les règles de la discipline.
  • Publications nombreuses d’ouvrages à caractère politique, historique, philosophique, sociétal. Nous avons d’ailleurs préparé à votre attention divers exemplaires, dont notre dernier-né « Il est moins une. Appel pour le redressement de la Wallonie », de Charles Michel et Willy Borsus.
  • Autre type d’activités, l’organisation de colloques et de débats dont nous veillons toujours à assurer le sérieux scientifique, la qualité des orateurs, et bien entendu le caractère contradictoire et pluraliste. Ce fut le cas récemment d’After Work consacrés au Printemps arabe, à la Crise grecque, à l’énergie éolienne, au travail intérimaire…

Les débats sont enregistrés et font l’objet de publications très largement diffusées ; je citerai le colloque sur Raymond Aron, et celui intitulé Regards libéraux sur la crise.

Nous organisons également des séminaires et de nombreuses conférences. Comme vous pouvez le constater, c’est une forte préoccupation citoyenne qui anime notre Centre d’études. Sa vocation n’est pas uniquement à destination interne. Le centre est bien entendu au service de nos mandataires et de nos militants, mais il entend aussi susciter la réflexion politique et le débat d’idées de façon très large. Dans le même ordre d’idées nous multiplions les contacts avec l’extérieur : le Centre Jean Gol est ainsi en relation constante avec une trentaine de centres d’études libéraux attachés aux partis libéraux européens.

Au niveau des collaborateurs, le président Charles Michel, qui a fait de la relance du Centre Jean Gol, notamment pour les raisons que j’ai rappelées – à savoir l’interaction entre pensée et action politiques, et esprit de sérieux et d’ouverture – un élément fort de sa présidence, a souhaité que la plus grande « flexibilité » existe entre le Centre, les collaborateurs de la présidence du MR, ainsi que les collaborateurs des groupes parlementaires.

Je ne serai pas plus long : par votre présence, par l’information dont vous êtes porteurs, par l’expertise qui est la vôtre et par la liberté d’analyse qui vous caractérise, vous contribuerez au caractère scientifique, moderne et efficace d’un Centre d’études dont l’ambition est de favoriser le développement des idées humanistes et progressistes nécessaires au bon fonctionnement de notre société  et de la démocratie, oserais-je dire au sens large du terme, libérale.

 

Richard Miller

Administrateur-délégué du CJG