Actu

Les fondateurs du Parti Libéral

By 15 mars 2013 septembre 24th, 2013 No Comments

Le Centre Jean Gol publie un nouveau carnet: « Les fondateurs du Parti Libéral. Les congrès des 14 juin 1846 et 28 mars 1847« . Joseph Tordoir, historien et archiviste du Centre Jean Gol, s’est intéressé à la fondation du Parti Libéral en 1846-47. Ce carnet est disponible au prix de 8€ + 2,50€ de frais de port en prenant contact avec le CJG.

Carnet CJG 5_Fondateurs_cover

Préface de Richard Miller, Administrateur-délégué du Centre Jean Gol : 

Le hasard a voulu que la première publication du Centre Jean Gol, depuis que la responsabilité d’Administrateur-délégué m’en a été confiée, soit le présent ouvrage de Joseph Tordoir, historien et archiviste du Centre : ouvrage consacré aux pères fondateurs du Parti Libéral, et aux congrès décisifs des 14 juin 1846 et 28 mars 1847. Rédigeant cette courte préface, je ne peux m’empêcher de saluer ce qui à mes yeux, apparaît comme l’heureux rappel de tout ce qui fait l’authenticité du projet libéral.

Le Parti Libéral fut, en 1846, le premier parti officiellement créé en Belgique. Il était directement inspiré par les idéaux de la Révolution française, mais aussi déjà par les principes de la Belgique naissante ; principes énoncés par une Constitution jugée à l’époque la plus libérale d’Europe.

Né dans le contexte de tensions entre catholiques et anti-cléricaux, le programme du Parti libéral pose d’emblée la nécessaire affirmation des droits et libertés des citoyens face à toute velléité d’imposer un modèle religieux de gouvernementalité. Défenseurs de la primauté de l’Etat de droit, adeptes passionnés du débat, du légalisme parlementaire et des libertés fondamentales, les Libéraux furent de tous les combats pour l’émancipation des personnes, pour la prospérité nationale, pour l’instruction obligatoire, pour les droits individuels.

L’ouvrage de Joseph Tordoir rapporte les engagements, les luttes, les avancées de ceux qui, vivant les premières années de notre Etat, ont voulu que celui-ci se déploie dans et par la liberté. Cette proximité retrouvée avec les débats fondateurs, avec les questions premières, avec l’inventivité et l’audace des premiers pas, ne laissera pas le lecteur insensible. C’est l’occasion, au contraire, de porter un regard moins las, moins désabusé, sur ce qui fonde, aujourd’hui encore, l’attachement libéral à l’Etat, à la démocratie, à la Constitution belges.

Richard Miller

Administrateur-Délégué du Centre Jean Gol  

X